• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 février 2008

Archive pour 12 février 2008

Le mystère de Roumanov élucidé

Mardi 12 février 2008

Ayant fait quelques études d’histoire, les grands mystères de l’histoire m’ont toujours plu. Parmi les grands questionnements de l’histoire, nous pouvons trouver la fin tragique de la famille impériale de Russie en 1917. 

Nous sommes en 1917. La révolution russe gronde. Le Tsar, Nicolas II Aleksandrovitch, est au pouvoir depuis 23 ans. Il exerce un pouvoir autocratique et autoritaire. Il reste sur ses positions et prend parfois des décisions extrêmes (il fait tirer sur des étudiants en grève, fait arrêter son ministre parce qu’il n’a pas su préparer le pays à la guerre). Nicolas II ne cherche pas à moderniser son pays : il ne voit pas la misère des paysans, la montée des mécontentements. La guerre est déclarée d’abord avec le Japon puis avec les pays occidentaux. Le pays s’enlise dans la misère. Après la révolution de février, Nicolas II doit abdiquer au profit de son frère (qui refuse d’ailleurs la couronne impériale). L’ancien tsar est donc fait prisonnier le 7 mars 1917. Il est retenu prisonnier avec toute sa famille : Alexandra Fedorovna, sa femme, ses 4 enfants : Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et enfin le prince héritier Alexis (atteint d’une maladie génétique : l’hémophilie. Cette maladie consiste à une non coagulation du sang en cas de blessure). Dans la nuit du 16-17 juillet 1918, ils sont menés dans une cave où ils seront exécutés. 

Pourtant, le mystère naît. Les corps n’ayant pas été retrouvé immédiatement, de nombreuses suspicions persistent. De jeunes filles se font passer pour la jeune Anastasia qui aurait survécu aux massacres. L’une d’elles d’ailleurs laissera longtemps plané le doute (un téléfilm a été fait pour raconter cette histoire). Le mystère s’épaississait sans jamais savoir. Le tsar aurait-il été exécuté seul ? Ses enfants auraient-ils échappé au massacre (notamment Anastasia la plus jeune) ? 

Le mystère reposait sur l’absence de corps. Les corps de la famille impériale et de leur domestique n’avaient pas été retrouvés jusque dans les années 1990. Des corps sont découverts dans une forêt, calcinés et brûlés avec de l’acide. Des analyses ADN sont faites à partir des membres de la famille encore vivants : il s’agit bien du tsar, de sa femme, de trois de leurs filles et des domestiques. Pourtant deux corps manquent : celui du Tsarévitch et d’une de ses jeunes sœurs. Le 29 juillet 2007, de nouveaux restes humains sont découverts à quelques kilomètres du premier crématoire grâce à des sources du KGB. Des analyses sont faites à partir du duc D’Edimbourg (mari de Elisabeth II et ayant des liens familiaux avec Alexandra Fedorovna). Le verdict est tombé il y a maintenant quelques mois : les deux petits corps découverts sont bien les deux enfants manquants du tsar. 

Pourquoi les corps ont-ils été séparés ? Ce n’est pas une décision méditée mais plutôt des problèmes de temps qui ont provoqué cet état de fait. Les soldats chargés de se débarrasser des corps ont purement et simplement manqué de temps. Ils ont commencé par détruire les deux corps les plus petits par le feu et l’acide. Le jour se levant et l’exécution étant secrète, ils ont caché les autres corps en attendant de leur faire subir le même sort la nuit suivante, dans un lieu plus éloigné. 

Les deux derniers corps seront donc eux-aussi placés dans le caveau des tsars de Saint-Pétersbourg où toute la famille repose depuis 1998. Le mystère est élucidé.  La révolution russe a eu raison du dernier tsar de Russie. Pourtant, le pays se souvient de la famille comme des martyrs et des personnes ayant fait preuve d’humilité pendant leur emprisonnement. L’église orthodoxe a d’ailleurs canonisé la famille en mai 2000. Les faits qui leur ont longtemps été reproché sont passés sous silence face à leur exécution.